Trains

Pour m’évader j’adore

Prendre le train

Car il y souffle un souffle humain

Exhalaisons de cœurs voyageurs et de silences d’or.

Et puis les rencontres !

Une blonde, un roux, un basané

Escusi, what’s your name, étranger ?

Amours amitiés contre la montre.

Au rythme des pieds martyrisés

Les affamés tentent le wagon restau

Paso doble dans les couloirs et tango

Pour un pauvre sandwich au poulet.

Le temps passe et culmine

Aussi régulier que le piston

Finit dans un somme en queue de poisson.

Le ronron régulier de la machine.

Évidemment le convoi ne va pas vite

Laissant aux indiens l’occasion

De piller vite fait les wagons

Bourgeoises endimanchées et stupéfiés au shit.

Amsterdam, Paris, Naples, Istanbul

Voies de faits par voie de fer

Vladivostok, Tokyo, Vancouver

Aux coins de la boule devenir maboul.

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

A propos Marc Mahé Pestka

Ecrivain, game designer, explorateur de littérature interactive depuis quelques décennies, déjà.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *