mon corps

mon corps me dit

mon corps

des rumeurs de tête de mort

il s’invente des terminaisons inédites

découverte de tendons inattendus

il s’englue de cris de guerre inintelligibles

poussé par un cadre détraqué dans un karaoké

mielleux venimeux suçant les cellules porteuses de longévité

mon corps ce serpent

me soûle

et à mon âge

on aime pas se faire emmerder

Taggé , .Mettre en favori le Permaliens.

A propos Marc Mahé Pestka

Ecrivain, game designer, explorateur de littérature interactive depuis quelques décennies, déjà.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *