Le piment vert

évadé du panier
le piment avait sauté les yeux fermés
pour finir par s’écraser
tel le guano kamikaze de l’asile échappé
sur le trottoir inondé
de soleil
s’offrait à lui les pores de la liberté
s’ouvraient les portes vertes de sa peau
une nouvelle vie pleine de merveilles
respirer loin des amas de légumes emprisonnés
échapper à un destin trop huilé
il se rêvait doré libre et beau
alors je l’ai piétiné
Taggé , , .Mettre en favori le Permaliens.

A propos Marc Mahé Pestka

Ecrivain, game designer, explorateur de littérature interactive depuis quelques décennies, déjà.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *