amourailles

C’est un petit matin de septembre sur une colline surplombant le temple de Zuigangi, aube vaporeuse de jade délavé, griffée de fantômes flous s’effilochant en déchirures silencieuses.

Les deux guerriers se font face, sandales de bois trouant la mousse spongieuse nourrie de l’humidité solide que sculptent les trouées de la canopée.

Leurs vêtements amples restent honorables malgré les plaques de sueur solide sédimentée au cours de mois d’aventures sylvestres.

Ils se défient, exhalaisons de leurs expirations synchrones, à une poignée de pas d’écart, sur ce chemin qui est cette voie qu’ils ne peuvent quitter.

Katanas tirés, le combat a commencé sans qu’ils n’aient eu besoin de l’exprimer. Leurs auras se fracassent déjà.

Tragédie de la vie, destinées de kamis.

La lame brandie s’affine et disparaît à l’horizon des possibilités. Fol fil argenté.

Aussi mobile qu’un minerai l’assassin fait circuler la houle de l’air dans ses entrailles.

Sans voir toucher sentir goûter entendre

Il n’est plus qu’un verbe : fendre

Quand l’harmonie sera perturbée par le cri, déchirure du chi

Alors de chaque parcelle de son être il frappera

Il frappera d’un seul et entier geste, trace de pinceau sur le parchemin

En ne pensant à

Taggé , , .Mettre en favori le Permaliens.

A propos Marc Mahé Pestka

Ecrivain, game designer, explorateur de littérature interactive depuis quelques décennies, déjà.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *