À tous les violeurs

Salaud de violeur

Pauvre merde qui se croit tout permis

Forcer une fleur

Juste parce que tu en as envie

Rien ne pourra t’arrêter

Ni sur le moment

Ni après

Même si ta victime a desserré les dents

T’a envoyé dormir

Loin d’elle ; elle ne pourra pas oublier

Et un horrible cauchemar sera son souvenir

Tu es pire qu’un meurtrier.

Salaud de violeur

Heureusement tu payeras

Finiras peut-être maquereau, banquier, contremaître, chômeur ou producteur

Croyant que le destin a fait une croix

Sur ton ignominie

Mais tu as mis la violence

Dans ta vie

Et sans que tu n’y penses

Un jour elle te reviendra

Dans la gueule, amplifiée,

Et tu pleureras

Tout ce que tu sais

Te demandant pourquoi

La vie est si dure avec toi.

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

A propos Marc Mahé Pestka

Ecrivain, game designer, explorateur de littérature interactive depuis quelques décennies, déjà.

Les commentaires sont fermés.